Évaluation du Niger par le Comité des Droits de l’Enfant (Septembre 2018)

Le RIDH a présenté un rapport alternatif portant sur la situation de la justice juvénile et de la réinsertion des enfants et adolescents pour l'évaluation du Niger par le CRC le 24 et 25 septembre 2018.
Seguir leyendo

Évaluation du Niger par le Comité des Droits de l’Enfant (Septembre 2018)

12/10/2018

Le 24 et 25 septembre 2018, le Comité des Droits de l’Enfant a examiné le Niger pour la première fois depuis 2009.

À l’occasion de cette évaluation, le RIDH a présenté un rapport alternatif portant sur la situation de la justice juvénile et de la réinsertion des enfants et adolescents.

Ce rapport souligne les graves lacunes dans le cadre législatif de la justice pour mineurs comme le manque de juges pour enfants et l’absence d’un code spécifique à l’enfant, qui entrave entre autre l’application d’un droit pénal spécifique aux mineurs. Il adresse aussi les conditions des centres de réinsertion de jeunes en conflit avec la loi qui ne respectent pas les standards internationaux en matière de santé, d’accès à l’éducation, de droit au développement et qui ne présentent pas de mécanismes de suivi post-incarcération des mineurs. Finalement, le rapport a fait remarquer le manque de politique de genre dans la justice pour mineurs et les programmes de réinsertion.

Lors de cette évaluation, le RIDH a pu se réunir avec les experts chargés de mener l’examen du Niger afin d’apporter des précisions sur les thématiques abordées dans le rapport et de répondre aux questions posées par le Comité.

Le Comité a pris en compte nombre des informations et recommandations exprimées par le RIDH et cela s’est reflété dans les observations finales émises par les experts surtout en matière d’administration de la justice juvénile, l’intégration d’une perspective basée sur les droits de l’enfant et la perspective de genre dans les politiques publiques qui les affectent, et les besoins matériels et humains nécessaires au bon encadrement et la protection des mineurs, y compris ceux qui sont en conflit avec la loi.